Le temps de l'amour

L'auteur: 

Née en 1937 en Australie, Colleen McCullough est scientifique de formation. Après avoir enseigné dix ans la neurophysiologie à l'université de Yale, aux États-Unis, elle publie son premier roman, Tim, en 1974. Grâce à l'immense succès des Oiseaux se cachent pour mourir, trois ans plus tard – phénomène d'édition que l'on compara à celui d'Autant en emporte le vent–, elle va pouvoir se consacrer à sa passion, l'écriture.

Résumé: 

À seize ans, Elisabeth n'a jamais quitté son petit village d'Écosse, sa famille nombreuse et son père autoritaire. Son destin est alors bouleversé par la demande en mariage inattendue d'Alexander Kinross, un cousin parti faire fortune en Australie.À peine installée sur cette terre immense et sauvage, la jeune femme pressent qu'elle n'aimera jamais son mari. Bienveillant mais distant, Alexander n'a quant à lui pas renoncé à sa passion pour la belle et provocante Ruby Costevan.Prisonnière de sa magnifique maison et de son rôle de mère de famille modèle, Elisabeth ne se doute pas que, pour elle aussi, viendra le temps de l'amour. Et qu'au fil des années, elle construira son bonheur loin de toutes les conventions..

 

Mon avis:

J'ai choisi ce livre à la bibliothèque pour le challenge Un mot, des titres organisé par Azilis... Je n'avais pas fait attention que c'était un beau pavé mais bon une fois commencé, plus de marche arrière possible!

Je ne m'attendais pas vraiment à ça lorsque j'ai lu le résumé mais ça a été une bonne découverte. J'ai vraiment aimé le travail que l'auteur fait sur ses personnages, ils sont super travaillés et notre sentiment pour eux évoluent continuellement. Je ne pourrais pas vous dire ceux que j'ai aimé ou détesté parce que j'ai changé d'avis à de nombreuses reprises. J'avoue que j'ai commencé à apprécier Elizabeth que très tard alors que Lee mon avis n'a pas évolué.

Pour l'histoire on peut dire qu'on ne s'ennuie pas une seconde et pourtant rétrospectivement, je me rend compte qu'il n'y a pas énormément eu d'actions. Je me suis pris dans la spirale de toutes ces vies qui se croisent et s'entrecroisent. On veut tourner les pages juste parce qu'on veut savoir où vont aller les personnages, quelles destinées leur est réservée. Et en plus ces pages se tournent vite et facilement. 

Donc que du bon pour cette lecture mais pas de coup de coeur quand même. Une belle histoire de famille, de temps qui passe et d'amour. Parce que j'en ai pas parlé mais il est tout de même au centre, sous différentes formes, du roman de Colleen McCullough.

 

général 4

 

 

Voila, voila, à vous d'aimer ce livre comme il vous semble.

Je barre la ligne 6 du challenge 50 livres: un caillou, une pierre, un rocher.

Challenge

 

un mot, des titres