Les larmes du seigneur afghan

Les auteurs:

Thomas Campi: né en Italie le 8 décembre 1975. Diplômé de l'école d'art "Dosso Dossi" en 1994, il démarre sa carrière comme illustrateur et graphiste à l'agence de publicité Taibi & Taibi. Trois ans après, il rejoint le Studio de Gerlano Bonazzi et Roberto Zaghi. On peut trouver toute une panoplie de bds qu'il a illustrée. Alors qu'il vient d'achever "Les larmes du seigneur afghan" (avec Vincent Zabus et la grand reporter Pascale Bourgaux au scénario) dans la collection Aire Libre aux éditions Dupuis, Thomas commence déjà un autre projet avec Vincent Zabus...

Vincent Zabus: né le 8 mai 1971 à Namur en Belgique. Il a été plusieurs professionnels, prof de français, comédien, auteur de théâtre mais pour revenir à son premier amour, la bd. Aujourd'hui, c'est un adulte rêveur, distrait et plutôt maladroit qui a la chance de jouer au théâtre le soir et d'inventer des histoires la journée.

Pascale Bourgaux: Elle couvre l'Iran pour TV5 et France24, collabore au Monde, Paris Match et donne cours à Sciences Po. Elle a commencé sa carrière de grand reporter au sein de la RTBF (Télévision belge), couvrant les guerres du Kosovo, Afghanistan, Irak et se spécialisant dans le Moyen-Orient.
"Les Larmes du seigneur afghan" tourné en Afghanistan, pendant 10 ans, a été diffusé par la RTBF et Canal+ (2011-12). C'est également de ces voyages dans ce petit village du nord de l'Afghanistan, au sein de la famille de Mamour Hasan, qu'est née la bande dessinée du même nom. Réalisée avec Thomas Campi au dessin et Vincent Zabus au "co-scénario", dans la collection Aire Libre aux Éditions Dupuis.

Résumé:

Mars 2010, la grand reporter Pascale Bourgaux part réaliser un documentaire sur un seigneur de guerre, dans un village du nord de l'Afghanistan où elle se rend régulièrement depuis dix ans. Compagnon d'armes de Massoud à l'orée de ce siècle, farouche adversaire des talibans et chef respecté, Mamour Hasan, puisqu'il s'agit de lui, n'a pourtant pas connu de fonction gouvernementale à la hauteur de son engagement. Contre toute attente, elle découvre que nombre de jeunes, notamment le fils du chef de la tribu, sont sur le point de basculer dans le camp taliban. Alors que le pays se débat dans une situation des plus confuses, entre guerre, luttes d'influence et corruption galopante, comment, dans ce bastion de la résistance anti-talibane, en est-on arrivé là ? Loin des clichés et des discours politiques, cette bande dessinée nous fait découvrir la situation complexe d'un petit village afghan. Mais aussi le quotidien d'une grand reporter en pleine action, la façon dont le documentaire se construit de jour en jour, dans un pays où être une journaliste occidentale n'est pas sans danger.

 

Mon avis:

Lorsque j'ai vu le thème de cette bd, je me suis laissée tenter malgré mon non-engouement pour ce genre. 

Je l'ai lu dans la soirée de vendredi soir avant tous les évènements tragiques qui ont bouleversé la France. Juste après ma lecture, on ne peut pas dire que j'étais très emballée. Elle relate bien les situations des afgahans mais elle reste assez simple et pour moi on ne va pas assez loin. Mais elle a pris toute sa puissance en suivant.

Forcément, elle a eu un écho particulier et certainement choses ont été mises en lumière. J'ai compris des choses différentes que ce soit dans la bd mais aussi lors des discours des différents intervenants de vendredi.

Je ne sais pas si je suis très claire mais j'avoue que je suis un peu dépassée par tout ce qui se passe en ce moment; il me semble juste important de dire que nos "ennemis", il faut savoir les identifier afin de ne pas faire d'erreurs comme ça peut se produire, comme s'est relaté dans la bd.

 

général3

 

 

Voila, voila, à vous d'aimer ce livre comme il vous semble.