Muchachas

L'auteur:

Née à Casablanca, Katherine Pancol après des études de lettres et un bref passage dans l'enseignement, devient journaliste à Elle, Paris-Match, Cosmopolitan, où elle publie des portraits très remarqués. Un premier roman en 1979 confirme la naissance d'un écrivain aigu et brillant. Les Yeux jaunes des crocodiles, La Valse lente des tortues et Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi sont des succès mondiaux.

4ème de couverture: 

Les filles sont partout dans ce roman.
Elles mènent la danse.
De New York à Paris, de la Bourgogne à Londres ou à Miami.
Des filles qui inventent, s enflamment, aiment.
Des filles qui se battent pour la vie.
Et les hommes ?
Ils sont là aussi.
Mais ce sont les muchachas qui dansent, dansent, dansent.
Elles font voler les destins en éclats.
Et ça n en finit pas !

 

Mon avis:

Vous vous demandez sûrement pourquoi j'ai lu ce livre alors que j'avais eu du mal à lire Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi. En fait, ne pouvant aller à la bibliothèque que dans une semaine je me suis dit autant essayé, je me laisse 100 pages et si j'adhère pas j'abandonne. ET... Les 100 pages sont arrivées et j'ai continué.

J'ai beaucoup aimé cette lecture! Autant dans le dernier livre de Katherine Pancol, c'est l'écriture qui m'a fait continuer parce que l'histoire m'ennuyait mais là tout y était. Même si on commence le roman en suivant Hortense et Gary, on passe vite à une nouvelle famille et j'ai adoré apprendre à connaître ces nouvelles personnes. L'auteur joue plus avec les secrets de famille, les mensonges, les omissions et j'ai adoré. Elle aborde aussi la violence conjugale et la façon dont elle le fait est sublime, ni trop vicieux, ni trop superficielle. Elle y met toute la réserve qu'elle peut sans être lâche.

Je crois qu'avec Mme Pancol, j'ai trouvé une plume qui me convient même avec un contenu sans artifices. Maintenant, je n'ai qu'une envie emprunté le tome 2 pour connaître la suite de la vie de Stella, Tom, Léonie ect...

 

général4

 

 

Voila, voila, à vous d'aimer ce livre comme il vous semble.