Trois Nuage au pays des nénuphars

L'auteur: 

Nuage Rose est née à Hà Ni au moment où la guerre d'Indochine cède le pas à la guerre contre l'armée américaine. Après avoir obtenu une maîtrise de français, lettres classiques, elle quitte Hà Ni, sa ville natale, pour vivre à Aix-en-Provence, puis à Paris jusqu'en 1990. Par une étrange, mais bienheureuse, "coïncidence" de l'histoire, elle est alors nommée à l'ambassade de France au Viêt Nam, successivement à Hà Ni, puis à Sài Gòn, avant de rejoindre l'ambassade de France à Singapour. Depuis 2000, elle vit de nouveau à Paris, tandis que ses deux enfants nés à Paris, ont choisi de vivre désormais à Hà Ni, à l'instar de leur grand-père maternel, un demi-siècle plus tôt Nuage Rose a exercé divers métiers fort différents les uns des autres, mais curieusement, au cours de sa carrière atypique , elle n'est jamais très loin des hôpitaux, aussi bien vietnamiens que français. Pour demeurer proche de son médecin de père?

Résumé: 

Années soixante...Le Viêt Nam, déjà scindé par la guerre d'Indochine, vit alors sous le feu américain. Opprimé par un régime totalitaire, prônant le fanatisme et le collectivisme aveugle, le Nord sombre désormais dans le chaos sanglant des bombardements. Plongées dans cette guerre, trois surs, trois Nuage, flottent, voient le monde, puis dérivent et survivent Hà Ni, la capitale et leur ville natale fut évacuée dès le début de la guerre et resta quasi vide pendant dix ans. Au gré de leurs exodes, Nuage Rose, la petite dernière, déroule la guerre, raconte son pays, leur vie au milieu des paysans ; une survie que les Nuage, arrachées à leur mère, apprennent sous l'égide d'un grand-père maternel amoureux clandestin de la culture française et d'un père médecin, dévoué à ses blessés. Une cellule familiale terriblement fragile face à la démence de l'époque, mais qui affronte dans l'unité, entre espoir et abnégation, les séparations et la folie destructrice. Au-delà du quotidien à fleur de nerfs, Nuage Rose croque le paradoxe dune vie menacée d'être sans lendemain, dune enfance meurtrie par la guerre, par la faim, et pourtant heureuse !... grâce à la puissance des liens familiaux qui triomphent de la Mort et des déchirements. Avec ce récit, Nuage Rose ressuscite une guerre vécue à travers son regard de fillette et livre dans le même temps une déclaration de gratitude et d'amour à celles et ceux qui l'ont sauvée Et plus particulièrement à un père, à une mère absente et à un grand-père, envers qui s'exprime une adoration authentique et sans limite. Tout autant quune foi en ces êtres et la fierté d'avoir été aimée, chérie et protégée par eux, donnant à ce témoignage sa sonorité si particulière et émouvante.

 

Mon avis:

Je vous parle aujourd'hui du premier SP que j'ai lu grâce à 'La société des écrivains'. Je remercie donc Janyce pour cet envoi et sa confiance. Quand je l'ai reçu, il était accompagné d'un papier écrit coup de coeur, ça donne vraiment envie de le lire.

Malheureusement, pour moi ça ne sera pas un coup de coeur. J'ai passé un bon moment pendant cette lecture mais des détails m'ont gêné.

Le sujet développé par Nuage Rose est le premier point qui me fait aimer cette autobiographie. On ne lit pas souvent de récits sur la guerre du Viêtnam en tout cas, moi je n'en avais jamais lu. C'est une période de l'Histoire que je ne connais pas du tout, je partais donc sans aucune attentes.

J'ai vraiment aimé suivre le déroulement de cette guerre vu avec les yeux de cette enfant qui ne comprend pas tout mais qui malgré tout a ses idées, ses rêves, ses peurs et ses interprétations. Forcément ce n'est pas le récit de la guerre même, on est pas aux côtés des soldats qui bataillent mais bien des civils qui survivent comme ils peuvent. L'auteur choisi tout de même de situer les événements de son enfance avec les différents moments qui ont marqué la tragédie de ce pays. Ces pointes de faits historiques apportent un vrai plus à la lecture sans pour autant enlevé le charme du récit de cette enfant. 

La découverte de cette région du monde à été aussi pour moi un grand plaisir. L'Asie est inconnue à mon petit cerveau mais les mots de la vietnamienne m'en font découvrir une belle partie. J'ai réussi à m'imaginer les lieux qu'elle nous décrivait, elle m'a fait voyager jusqu'à son pays natal. Toutes les allusions aussi à leurs habitudes culinaires, leur langue et aux rites qui marquent leur vie nous plongent complètement dans ce peuple différent de nous. Bref le voyage au Vietnam ne m'a pas coûté bien cher et pourtant ça a été un beau voyage...

Bon maintenant, il faut quand même que je vous parle de ce que j'ai le moins aimé. D'abord le parti que l'auteur a pris de faire son récit à la troisième personne. Elle parle d'elle, de son enfance et pourtant il n'y a pas de 'je' durant le récit. Cela m'a perturbé pendant un bon moment de ma lecture. Je n'ai pas compris ce choix de l'auteur.

Ensuite, Nuage Rose explique bien au début qu'elle veut avec ce livre rentre aussi hommage à son grand-père qui aimait beaucoup jouer avec les mots. C'est pourquoi, elle veut elle aussi utiliser les mots un peu oubliés. Je trouve le principe beau et bien mais à la moitié du livre, j'en ai eu marre d'aller chercher le sens de ces dires et j'ai donc préféré ne pas comprendre certains mots. Il y en avait peut-être un peu trop pour moi. Je vous rassure, il n'y en a pas un à chaque page mais je ne suis pas du genre à arrêter ma lecture pour faire des recherches sur ce qui est dit dans le livre donc...

Je conseille tout de même ce livre car je n'ai trouvé que deux reproches et franchement ces ont des détails non??? J'ai apprécié découvrir le pays natal de Nuage Rose et aussi cette guerre vécue de l'intérieur. Mes soirées ont été vraiment différentes grâce à Trois Nuage au pays des nénuphars et c'est ce qu'on demande à une lecture; vous ne croyez pas, nous emmener ailleurs???

 

général 4

 

 

Voila, voila, à vous d'aimer ce livre comme il vous semble.