Un nom pour naître

L'auteur:

cf le livre.

Résumé: 

Le 17 mars 1960, une petite fille naît à la Pitié-Salpêtrière... Mais elle est " issue du péché " ! Sa mère devant aller se reposer en sanatorium, elle est donnée, par l'entremise d'une communauté de soeurs franciscaines, à une " bonne chrétienne " en mal d'enfant. Malgré tous ses efforts, la vraie mère ne pourra jamais récupérer sa fille. Pour l'enfant, ce seront des années de mauvais traitements, de terribles doutes sur sa légitimité qui la conduiront adulte au bord de la folie. Après quarante ans de recherches obstinées, elle acquiert enfin la certitude que ces parents-là sont des imposteurs. C'est la confirmation qu'elle n'était pas folle, mais aussi la terrible découverte d'une vie entière de mensonges. Elle pourrait se décourager lorsque l'administration hospitalière l'informe qu'elle est " née sous X ", ce qui interdit de lui dévoiler le nom de sa mère ou quand d'autres prétendent que cette dernière est décédée. Cette nouvelle la broie, mais son intuition est plus forte encore. Au terme d'une lutte contre l'administration, le clergé et sa propre famille la conduisant de détective en généalogiste, d'associations en avocats, elle réussit à retrouver sa mère. Bien vivante ! Et elle apprend enfin la vérité sur le rapt dont elle a fait l'objet. Malheureusement, sa mère décède six mois plus tard. Elle continue à se battre pour faire officiellement partie de sa vraie famille, et retrouver les nom et prénom que ses vrais parents lui avaient donnés. Après un long et difficile combat juridique - unique dans les annales judiciaires-, sa fausse mère est reconnue coupable de son enlèvement. La congrégation échappe à toute poursuite... Elle est actuellement en procès avec la Pitié-Salpêtrière. Quarante-huit ans plus tard, elle retrouve son véritable prénom : Rozenn, son nom : Monereau, et signe ici un ouvrage non seulement émouvant et déchirant, mais qui dénonce tout un système pervers dont la loi sur l'accouchement sous X est l'épicentre.

 

Mon avis:

Voilà un deuxième livre prêté par ma popine. Je ne sais pas exactement ce qu'elle en a pensé, il faut que je lui demande.

Quand à moi, j'ai passé un bon moment quand même mais je ne pense que c'est un livre qui me restera en mémoire. 

J'ai trouvé le début lent. Pour moi, Rozenn ne va pas assez loin dans ces dires. Je conçois qu'il est difficile de revenir sur des faits douloureux et d'autant plus sur des faits qui se sont passés dans les premières années de la vie. Mais il m'a manqué de la chaleur, il m'a manqué des sentiments. Certains passages sont vraiment peu exploités surtout un qui me reste en mémoire: à un moment donné, on retrouve son fils qui a 14 ans et là je me suis dit: "Euh j'ai loupé un épisode là", on était passé d'un bébé à un adolescent sans savoir ce qu'il y avait eu entre... 

A partir du moment où Rozenn découvre la vérité, je me suis vraiment intéressée à sa vie et sa quête de la vérité. Je me suis sentie vraiment horrifiée par tout ce qu'elle a subi et tout ça aux yeux de tous... Et encore plus horrifiée par tout ce qu'elle doit faire pour se faire réhabiliter. Il a été très simple pour la mère de voler et de reconnaître un bébé qui n'était pas le sien, par contre, une femme qui veut prouver ce délit, on lui met des bâtons dans les roues. Bref, cette histoire est vraiment aberrante et le pire c'est que ce n'est pas une fiction. C'est le genre de livre qui me met en colère face à notre société pas toujours très logique. Bon d'accord, ça se passe il y a quelques années mais bon je suis sûre qu'il y a encore des illogismes maintenant...

Comme je disais, ce n'est pas une lecture transcendante mais elle permet, comme beaucoup de témoignages, de remettre les pendules à l'heure et de nous faire apprécier nos vies qui ne sont pas si nulles tout compte fait...

 

général3

 

 

Voilà, voilà, à vous d'aimer ce livre comme il vous semble.