téléchargements

L'auteur: 

Katherine Pancol, après avoir été professeur de lettres puis journaliste, écrit un premier roman, Moi d’abord, en 1979. Elle part à New York en 1980 suivre des cours de « creative writing » à Columbia University. Suivront de nombreux romans dont Les hommes cruels ne courent pas les ruesJ’étais là avantUn homme à distanceEmbrassez-moi, etc. Elle rentre en France en 1991 et continue à écrire. Elle a connu un énorme succès avec Les Yeux jaunes des crocodiles et en 2010 Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi.

Résumé: 

Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles.
Ce roman parle des hommes.
Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être.
Ce roman est l’histoire d’un mensonge. Mais aussi une histoire d’amours, d’amitiés, de trahisons, d’argent, de rêves.
Ce roman est plein de rires et de larmes.
Ce roman, c’est la vie.

 

Mon avis:

Voila je me suis lancée dans la lecture d'un roman de Katherine Pancol. Toujours ma peur de découvrir un auteur que tout le monde -ou presque- aime. Est-ce que je vais l'aimer? Qu'est ce qui fait que ces romans marhent? J'ai trouvé La valse lente des tortues sur un vide grenier et ma collègue m'a dit qu'il fallait que je lise Les yeux jaunes des crocdiles avant. C'est chose faite.

Je n'ai pas du tout été déçue, j'ai passé un vrai bon moment avec les personnages de Katherine Pancol. Quand je reviens dessus, je réalise que l'histoire n'a rien d'extraordinaire mais c'est peut-être ça qui fait tout son charme. L'auteur raconte dans son roman, LA VIE. Je trouve que le résumé de ce livre est vraiment bien fait sur la 4ème de couverture. Il dit tout sans en dire trop. Il décrit bien le roman.

Il est très intéressant de suivre cette famille avec toutes ces différences, avec tous ces maillons qui apportent quelque chose. Je me suis liée à Joséphine, pour moi c'est la vraie femme d'aujurd'hui. Elle ne se rend pas compte de la force qu'elle a en elle. Elle porte tout, subit tout et pourtant se trouve inintéressante, inutile. C'est malheureusement le mal qui touche énormément de femme de notre époque. Et la voir éclore tout au long des pages a été un vrai régal. Elle m'a réellement touchée, elle m'a donné envie de lui ressembler. Les autres personnages sont tous importants (c'est la force du roman, rien n'est inutile) et que ce soit de la colère, de l'admiration, de la compassion... ils ont tous fait ressortir un sentiment de moi. 

Il n'aura pas ces 5 étoiles parce que sa plus grande qualité et aussi son seul défaut. J'ai énormément aimé cette simplicité, cette réalité peinte par Katherine Pancol mais lorsque je lis, j'aime "sorir de ma vie", m'évader complètement dans le monde que créé l'auteur, et malheureusement ça ne s'est pas produit avec Les yeux jaunes des crocodiles

Par tous les cas, je suis très heureuse d'avoir passé ma journée du 15 août avec Joséphine, Marcel, Zoé, Hortense, Iris et tous les autres... 

 

général 4

 

 

Voila, voila, à vous d'aimer ce livre comme il vous semble.

Avec ce roman, je barre la ligne 42 de mon challenge 50 livre: un dessin.

Challenge